La classe envolée

diptyque poético-burlesque - durée : 1h30 - tout public dès 8 ans

1 solo - 45 minutes / 1 duo - 45 minutes

texte et mise en scène Grégoire Cuvier

 

création des personnages Annick Brard, Jean-Marc Charrier, Audrey Louis

masques Erhard Stiefel

scénographie Grégoire Faucheux

lumières Nicolas Roger

costumes Camille Pénager

musique Roch Havet

régie générale Philippe André, Aurore Beck (en alternance)

 De la condition humaine

«Une école détruite par un bombardement, une salle de classe abandonnée où les vestiges de l’enfance, de l’éducation et du savoir survivent à l’oubli et au silence. C’est le point commun aux deux spectacles qui forment le diptyque La classe envolée - un lieu qui témoigne par son histoire de l’absurdité des Hommes et de leurs guerres. Où ? Quand ? Ce pourrait être en Europe hier ; en Afghanistan, en Syrie ou en Irak aujourd’hui ; en Palestine ou en Israël demain... qu’importe. Depuis la nuit des temps les Hommes s’entretuent pour une parcelle de terre, un amour blessé, pour conquérir, vivre et survivre. Mais de tout temps ces mêmes Hommes rient, explorent le monde, portent la vie. Depuis la nuit des temps ces mêmes Hommes se rencontrent et apprennent à s’aimer au-delà de leurs peaux et de leurs prières, de leurs langues, de leurs patries. Ils s’aiment, donnent la vie, racontent le passé et imaginent l’avenir, construisent l’espoir.

Dans le décor dévasté de La classe envolée ce sont deux hymnes à l’humanité qui s’érigent. À travers la poésie, le rire et la folie, par un solo et un duo qui tour à tour montrent l’innocent enchantement des Hommes à perpétuer la vie, ce diptyque poético- burlesque célèbre l’absurdité joyeuse de notre condition humaine !»

 Grégoire Cuvier

Solo - Annick Brard


Une mission

Sous la poussière et les décombres d’une salle de classe sinistrée apparait soudain Malack. Malack est un être inachevé. Il n’est pas encore sexué. C’est un esprit, une créature, un ange, un clown, un être en devenir.


Malack est né dans la tête d’une fillette de 8 ans qui a laissé son doudou dans la classe le jour où celle-ci a du être évacuée en urgence. Et comme la fillette ne s’imagine pas sans son doudou, elle a inventé Malack pour qu’il aille lui chercher son précieux compagnon dans les décombres. Alors Malack est apparu dans la classe abandonnée.

Seulement voilà : le doudou de sa petite protégée n’est pas là où il devrait être ! Une exploration du monde des Hommes s’impose alors, dans la joie, l’innocence et les éclats de vie d’une enfance retrouvée !

Télécharger
La classe envolée - Dossier artistique
LCE.pdf
Document Adobe Acrobat 584.5 KB
Télécharger
Fiche technique
LCE_Fiche_Technique.pdf
Document Adobe Acrobat 41.7 KB

production Théâtre de chair coproduction Ferme de Bel Ébat (78), Communauté d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines soutiens Ferme du Mousseau Ville d’Élancourt.

La classe envolée